Discover Peru
Espa˝ol Franšais

Revenir au sommaire

Note du site:
Ce récit de voyage est la contribution de Géraldine et Bertrand Pujos
(bpujos@gmail.com) - www.sacados.org

Samedi 26/06/2004: Arequipa

Arrivés à Arequipa ce matin à 5 heures, après une trés longue et dure nuit de bus.

Comme prévu, nous avons assisté à l'Inti Raymi (fête du soleil pour les incas le 24 juin). Malheureusement, le temps n'était pas vraiment au soleil... Enfin, celui-çi est apparu après le faux sacrifice du lama, comme quoi le pouvoir des incas reste tres fort !

A Arequipa, la température est supérieure au moins de 10 degrés à celle de Cusco, du coup on a passé la journée sans polaire, ce qui n'était pas arrivé depuis près de deux mois !

Aujourd'hui, visite du couvent Santa Catalina à Arequipa, encore un couvent de soeurs cloitrées (mais riches: servantes, services en porcelaine de France...) après celui de Potosi. Celui-çi est vraiment très beau, une véritable ville dans la ville.

Mercredi 30/06/2004: Arequipa

Après la visite du couvent Santa Catalina, nous nous sommes rendus le lendemain à une "Peña de toros", qui n'est pas une corrida, mais plutôt un spectacle où deux taureaux s'affrontent pour les charmes d'une vachette. C'était assez sympa au début, mais les matchs peuvent durer très très longtemps, et c'était difficilement supportable sous un soleil de plomb.

Avant de partir pour le Cañon de Colca (le plus profond Cañon du monde ou presque), nous assisitons à la célébration du jour des pécheurs sur la Plaza de Armas d'Arequipa. Grand défilé des collégiens de la ville accompagnés des militaires avant une messe en plein air devant la cathédrale.

Après 5h de route nous rejoignons au coucher de soleil la Cruz del Condor, point à partir duquel on peut, en principe, assister au vol d'une famille de condor. Ce soir là, nous voyons quelques condors au loin, et après le coucher de soleil nous avons la chance de tomber sur une camionette de transport de gâteaux au chocolat (ca ne s'invente pas) qui nous prend en stop jusqu'au village de Canabaconde. Le lendemain matin, départ aux aurores pour se rendre de nouveau à la Cruz del Condor, où nous observons pendant un quart-d'heure le vol d'une dizaine de condors juste au dessus de nos têtes. Apres cette expérience, nous passons aux bains thermaux de Calera pour se prendre un bon bain à 40 degres, puis retour à Arequipa. Dans la foulée, nous prenons le bus pour Nazca cette nuit.

Lundi 05/07/2004: Pisco

Dans la série des mythes péruviens, après avoir aperçu les condors du Cañon de Colca, nous partons admirer les lignes de Nazca.

Après une nouvelle nuit de bus, nous arrivons à Nazca à 4h du matin, mais nous sommes déjà assaillis par des représentants d'agence. Avant de prendre l'avion, nous passons une journée à sillonner cette région désertique en passant par le cimetière de momies de Chauchilla et des champs de cactus. Heureusement, afin de lutter contre cette sécheresse, le peuple Nazca a inventé un ingénieux système d'irrigation que l'on peut encore admirer.

Le soir, nous assistons à une lecture des lignes de Nazca dans un hôtel qui nous permet d'utiliser son téléscope alors que la lune est pleine.

Après un demi-millier de jours sans pluie à Nazca, des trombes d'eau nous empêchent de prendre un avion pour survoler les célèbres lignes. Nous passons la journée à attendre une éclaircie éventuelle en dégustant du ceviche (poisson cru mariné dans le citron). Sur le point d'abandonner, nous finissions par décoller vers 16h avec un coucou particulièrement adapté au retournement d'estomac (précédemment rempli par le ceviche). Difficile de faire des photos dans ces conditions, mais nous pouvons quand même apercevoir quelques figures géometriques, animales et anthropomorphiques. Pour conclure notre visite des lignes, nous passons par le mirador de Maria Reiche, mathématicienne allemande ayant dédié sa vie à l'étude de ces lignes.

Après le désert, deux nuits dans un oasis: nous prenons un collectivo (Dodge modèle 1965 de 4m de long) pour nous rendre à Huacachina, près d'Ica. Au programme: palmiers, dunes de sables, lac, buggy et sandboarding...

Départ pour Pisco qui n'a pour intéret que l'alcool du même nom ! C'est le point de départ des excursions vers l'île Ballestas et la réserve de Paracas. L'île Ballestas était le principal fournisseur de guano au 19ème siècle grâce à ses colonies d'oiseaux et en particulier de cormorans. On y trouve également pélicans, pingouins et phoques.

Au retour, depuis le bateau, on peut observer le fameux géoglyphe du Candélabre sur la presqu'île de Paracas.

L'après-midi est consacré à la visite de la réserve nationale de Paracas où se côtoient flamands roses, dauphins près de l'Etretat local: la Cathédrale.

Cette nuit, apràs une journée dans la nature, nous prenons pour changer un bus vers Ayacucho (départ 1h du matin, arrivée prévue à 7h).